Eglise Saint-Sulpice


saint-sulpice-fronton

HISTOIRE
Saint-Sulpice est, par ses dimensions, la plus grande église de Paris après Notre-Dame. Elle est longue de 120m et large de 58m. Sa voûte s’élève à 34m, sa tour nord (à gauche), la plus ornée, à 73m, sa tour sud (à droite), inachevée, à 68m. Précédée par plusieurs autres, elle est demeurée à peu près intacte depuis sa construction. Il aura fallu 6 architectes en 134 années pour l’achever, après que Anne d’Autriche en eut posé la première pierre en 1646. La façade est de Servandoni, projet retenu en 1732.

ORNEE DE CHEF-D’OEUVRES
L’intérieur surprend par son ampleur et sa clarté. La chapelle de la Vierge, dans l’axe du chœur, se distingue par la richesse de son décor, l’élément le plus marquant étant sa coupole peinte. Saint Sulpice abrite plusieurs peintures du XVIIIe siècle, ainsi que tout un ensemble de peintures commandées par la ville de Paris au XIXe siècle, mais surtout des œuvres de Delacroix, dans la chapelle des saints Anges : « La lutte de Jacob et de l’ange » et « La chute d’Héliodore » sur les murs, et , sur la voûte, « Saint Michel terrassant le démon », datant de 1861, dernières œuvres monumentales du peintre, achevées deux ans avant sa mort. L’orgue, reconstruit par Cavaillé-Coll, est un des plus beaux instruments de la capitale.

UN DA VINCI CODE AFFABULATEUR
Saint-Sulpice a acquis récemment une nouvelle renommée grâce à un roman célèbre dans le monde entier, vif sujet de polémiques, dont l’un des épisodes se déroule sous ses voûtes. L’église, en effet, possède un « gnomon » (auquel l’auteur prête des qualités mystérieuses qu’il n’a pas !). Il s’agit, tout simplement, d’un instrument de mesure qui se compose d’un obélisque de marbre blanc situé dans le croisillon gauche et d’une ligne de cuivre, encastrée dans le pavement, partant d’une plaque située dans le croisillon droit, qui le rejoint. Les rayons du soleil, passant à midi par un trou ménagé dans la fenêtre haute du croisillon droit (sud du transept), viennent frapper des repères portés sur l’obélisque, qui varient selon le jour de l’année. Ainsi, au solstice d’hiver, le rayon atteint un certain repère sur l’obélisque tandis qu’aux équinoxes le rayon frappe la plaque. Cette méridienne indique l’heure de midi et le « gnomon » n’a été conçu que pour déterminer la date des fêtes religieuses, en particulier celle de Pâques, et non pour cacher les mystères de quelque redoutable société secrète !

Voir aussi notre page: Le Da Vinci Code à Paris.

INFOS PRATIQUES
Adresse: 2, rue Palatine – Paris 6e.
Métro : Saint-Sulpice ou Mabillon
Parking : place Saint-Sulpice
Horaires : ouvert tous les jours de 7h30 à 19h30.